Le président français Emmanuel Macron se rend ce mercredi 27 octobre, au Musée du Quai Branly à Paris. Il y présidera la cérémonie de restitution de 26 œuvres d’art au Bénin. En novembre prochain, il y aura la signature de l’acte officiel de restitution entre le chef de l’Elysée et son homologue béninois Patrice Talon, toujours à Paris. A quelques semaines de cet évènement, Jean-Michel Abimbola, le ministre béninois de la culture ne cache pas sa satisfaction. Une « satisfaction relative » bien entendu. Il informe que juste après la « signature de l’acte de transfert » en novembre prochain, « les formalités seront faites pour que le départ des trésors du Bénin vers leur pays d’origine ».

« Ce n’est qu’un début par rapport à cette coopération que nous avons voulu implémenter »
C’est du moins ce que l’autorité a confié à RFI ce mercredi matin. Le ministre ajoutera que la restitution des 26 œuvres d’art au Bénin n’est qu’un début. « Ce n’est qu’un début par rapport à cette coopération que nous avons voulu implémenter, que le gouvernement du Bénin et son président ont voulu avoir avec la partie française » a t-il déclaré. Quand on lui demande s’il y aura une cérémonie au Bénin dès le retour de ces œuvres, il répond par l’affirmative et déroule le programme. « Ces œuvres ne vont pas revenir au Bénin dans l’indifférence. Les œuvres seront accueillies à l’aéroport de Cotonou. Elles iront en acclimatation pendant un ou deux mois. Après cette période, nous allons avoir une cérémonie d’abord à la présidence de la République pour symboliser le retour au pays de ces œuvres. Elles iront ensuite en exposition temporaire à Ouidah dans le fort portugais, dans la maison du gouverneur, jusqu’à ce qu’elles aillent dans leur écrin qui est le musée de l’épopée des Amazones et des rois du Danxomè, d’ici 3 ans ».

« Il ne s’agit pas seulement de 26, 30 ou 50 œuvres, nous sommes bien au-delà »
Jean-Michel Abimbola informe que d’autres trésors du Bénin comme la statue du dieu Ogou ont également été réclamés à la France. « Nous avons réclamé cette pièce emblématique, nous continuons de discuter avec la partie française et nous ne désespérons pas que nous trouverons des accords dans les prochains mois, les prochaines années. Il ne s’agit pas seulement de 26, 30 ou 50 œuvres, nous sommes bien au-delà » assure le ministre de la culture. Les discussions vont donc se poursuivre avec la partie française, afin de poursuivre « cette politique historique ». Inutile de rappeler que le Bénin n’a pas formulé la demande de restitution 26 œuvres d’art. Sa demande avait une portée générale.

Jean-Michel Abimbola : Les trésors ne vont pas revenir au Bénin dans l’indifférence


Par Benjamin Lawson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.