C’est un signal inquiétant pour les dirigeants du Bénin, le programme américain d’investissement et d’aide, la Millennium Challenge Corporation, (MCC) va réduire de manière « significative » son enveloppe dédiée aux projets béninois. Washington n’apprécie pas les emprisonnements et condamnations d’opposants.

C’est une sanction calculée au millimètre près. Si le Bénin a bel et bien été reconduit pour un an dans la liste des pays bénéficiant des programmes d’aide de la MCC. En revanche, le montant de ces aides va être réduit. Et ce en raison « déclin des engagements du Bénin vis-à-vis des critères d’éligibilité de la MCC et de principes de gouvernance démocratiques ».

Ce motif ne laisse pas de doute sur les inquiétudes américaines envers Cotonou. Car si la MCC est une agence indépendante du gouvernement américain, elle applique une série de critères similaires à celui-ci lorsqu’elle choisit de sélectionner les pays auxquels elle fournit une assistance.

Craintes américaines concernant le système judiciaire

En 2015, la MCC avait lancé un programme d’électrification sur plusieurs années des campagnes béninoises, pour un montant de 375 millions de dollars, soit 240 milliards de francs CFA. La décision de la MCC intervient alors que le Département d’État avait réagi à l’éviction de candidats de l’opposition à la dernière présidentielle. Il avait aussi fait part de ses « graves inquiétudes » quant à l’ingérence de la politique dans le système judiciaire béninois, au lendemain des condamnations de Joël Aïvo et Reckya Madougou.

La réponse du gouvernement béninois à la décision américaine fut, elle aussi, calculée au millimètre près. Le porte-parole du gouvernement se contentant de rappeler qu’au Bénin « les institutions jouent leur rôle », et que le régime est « celui de la séparation des pouvoirs ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.